Cendres  Capitaine d’une troupe de mercenaires dans l’Europe du XVème siècle, la jeune Cendres essaie tant bien que mal de tirer profit des innombrables conflits qui ensanglantent le continent. Mais la donne change lorsque les royaumes européens doivent faire face à une invasion sans précédent, menée par des crânes de bronze pensants et des golems d’argile ; le but n’est plus alors d’arriver à se faire payer, mais bien de survivre...
  Entrecoupé des passionnantes lettres échangées entre le traducteur et son éditeur, de plus en plus dépassés à mesure que les textes relatant la vie de Cendres s’éloignent de l’Histoire officielle, les chroniques des exploits de la Compagnie du Lion sont pleines de bruit et de fureur, de violence et de mort, de nobles et de traîtres ; mais aussi de camaraderie, de courage et même d’humour. Une uchronie aussi subtile que noire, et une héroïne inoubliable.

 

Gloriana  La jeune Reine Gloriana délaisse de plus en plus les affaires du royaume d’Albion, se languissant de parvenir à enfin connaître l’extase. Elle est heureusement bien entourée, et ce ne sera pas de trop face aux complots politiques et cabales magiques que fomentent les autres puissances européennes...
  Délaissez-donc pour une fois la surexploitée époque victorienne pour vous plonger dans cette uchronie élizabéthaine pleine d’espions, de démons et d’érotisme. Bien qu’entretenant des liens ténus  avec le méta-cycle du Champion Eternel si cher à son auteur, Gloriana tient cependant moins de l’Héroïc Fantasy que du roman de  Cape & d’Epée. En beaucoup plus sombre et sensuel...

Mortnecromant  Mi Monte Cristo mi Arsène Lupin, le machiavélique Nicholas Valliarde met les dernières touches à sa vengeance contre le Comte Montesq lorsqu'il surprend les manigances extrêmement suspectes d'un spirite. Suspectes et potentiellement très dangereuses, car si la divination, comme la plupart des autres formes de magie, est admise et même courante sur Ile-Rien, il en va tout autrement de la nécromancie...
  Point ici de quête à la recherche d'un objet légendaire ou de sauvetage du monde de la destruction. Situé dans une Vienne imaginaire, ce roman ne se contente pas d'utiliser l'esthétique et le contexte du XIXème siècle ; il en emprunte aussi les codes, le style. Nous voilà face à un véritable roman feuilleton comme on n'en fait plus, à l'atmosphère gothique et aux personnages bien campés. Alors, désuet ? Je dirais plutôt charmant !

 

Strangenorrell  Alors que l’Angleterre essaie tant bien que mal de contenir la menace Napoléon, le vieux Mr Norrell, après des années de recherche, a enfin réussi l’impossible : ranimer la magie anglaise, disparue depuis le Moyen-Age et l’exil du légendaire Roi-Corbeau...
  Ecrit dans un style très XIXème, foisonnant de personnages et d’intrigues, ce pavé pourrait paraître rébarbatif ; il n’en est rien ! Passionnant et intriguant de bout en bout, il vaut aussi pour ses innombrables notes détaillant l’histoire de cette Angleterre magique subtilement différente...

Seigneursolympe   Depuis qu’il a vaincu les Géants, les Titans et même son propre père Cronos, le grand Zeus règne sur l’Olympe sans que quiconque puisse remettre en cause sa domination. Mais les machinations des olympiens pourraient s’avérer plus dangereuses que le plus puissant des monstres du Tartare...
  Choisissant d’exploiter sous l’angle de la fantasy l’incroyable richesse de la mythologie grecque, Negrete réussit son pari de bout en bout en nous contant une histoire passionnante et nouvelle tout en respectant et réutilisant les légendes originelles.

 

Eymerich1

  Bien qu’il se soit inspiré du véritable Nicolas Eymerich, auteur du tristement célèbre Directorium Inquisitorum, Valerio Evangelisti fait de son héros une sorte de Sherlock Holmes fanatique, confronté non seulement à l’hérésie mais aussi à des phénomènes étranges, voire surnaturels...

  Car, et c’est là la principale originalité de cette série, l’histoire d’Eymerich n’est qu’un des trois récits au coeur de chaque tome ; à chaque fois, on suit également deux autres époques en parallèle, chaque histoire influant subtilement sur les deux autres. Jusqu’à la conclusion, où tout se rejoint et s’explique. Fortement teintées de spiritualité, les enquêtes de l’inquisiteur, dont beaucoup se déroulent en France, forment une des série les plus originales de ces dernières années.

Memepasmort  Bien qu’il ait été élevé au sein d’une culture et d’une époque emplie de magie, de mythes et de superstitions, personne n’est capable d’expliquer à Bellovèse comment il a pu survivre à autant de blessures mortelles. Est-il béni ? Est-il maudit ? Pour le savoir, il devra se lancer dans une quête qui en fera une légende parmi son peuple...
  Choisissant de nous plonger au cœur d’une Antiquité Celte où les Héros côtoient les Dieux, un autre que Jaworski aurait pu se contenter d’exploiter les aspects les plus emblématiques de cette période et en tirer une fantasy facile. On en est ici évidemment très loin : conjuguant un style extrêmement soigné (mais toujours au service du récit) à des connaissances historiques approfondis, il livre une véritable Saga celte, violente et glorieuse. Narrée dans un registre très différent de son Gagner la guerre, Jaworski nous prouve ici une fois de plus qu’il ne dispose pas d’une, mais de plusieurs plumes à son encrier, et que toutes sont superbement maîtrisées. 

 

 
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site